Le bastion et les transformations 15ème

 

Au 15ème siècle, l’apparition de l’artillerie bouleverse la conception de la fortification , murs plus épais et moins hauts, bouches à feu … sont nécessaires.

 

A Montgilbert, l’adaptation à l’artillerie se manifeste principalement par la construction du bastion, un bâtiment aux murs épais, muni de canonnières. Construit devant la porte d’accès 13ème jugée trop exposée aux tirs des canons, le bastion se substitue à une barbacane qui venait déjà renforcer la porte ; il condamne l’entrée de la tour-porche. Cette construction entraîne la mise en place d’un autre accès au château.

 bastion21.jpg

Le bastion n’est pas la seule manifestation de cette adaptation de Montgilbert à l’artillerie. Une tour (tour Angèle) munie de bouches à feu est ajoutée à la muraille extérieure. L’autre tour 13ème (tour de la Prison) de l’enceinte basse est dotée de bouches à feu.

 Certaines archères situées tout au long de l’enceinte sont adaptées pour permettre l’emploi des premières armes à feu.

Enfin, les fouilles réalisées en 2010 (sondage conduit par Etienne Lallau – opération archéologique 6779 – SRA Auvergne) ont montré que la cour basse a été remblayée (vraissemblablement au 15ème) afin de « matelasser » le rempart pour accroître sa résistance face aux tirs d’artillerie, un mur frappé de plein fouet ayant davantage de solidité s’il est appuyé sur une levée de terre. (Ce phénomène de matelassage se retrouve dans de nombreuses forteresses de la même époque afin de contrebuter les « vieux » remparts.)

 

Les commentaires sont fermés.